Ablation de la thyroïde : quelles sont les conséquences d’une thyroïdectomie ?

 Ablation de la thyroïde : quelles sont les conséquences d’une thyroïdectomie ?

On peut vivre sans thyroïde, mais pas sans hormones thyroïdiennes. Un traitement de substitution est donc nécessaire après l’opération, ce qui n’empêche pas de mener une vie normale.

Les nodules thyroïdiens sont très fréquents. Ces petites tumeurs se forment au sein de la glande thyroïde. Bénignes la plupart du temps, elles peuvent grossir, former un goitre ou dégénérer en cancer (environ 10 % des nodules). Lorsque la thyroïde augmente de volume, elle peut comprimer les nerfs récurrents qui commandent les cordes vocales, entraînant une altération de la voix. D’autres signes donnent l’alerte (gêne à la déglutition ou à la respiration, toux persistante…).

Dans quels cas pratique-t-on une thyroïdectomie ?

L’intervention chirurgicale est envisagée quand les symptômes sont trop importants et, surtout, lorsque les nodules se révèlent suspects, cancéreux ou toxiques. Une échographie et l’analyse des cellules ponctionnées permettent de classer ces tumeurs selon leur taille et leur degré de dangerosité. En fonction du résultat, l’équipe médicale choisit : 

  • d’ôter la totalité de la thyroïde (thyroïdectomie totale) ;
  • d’en enlever une partie (thyroïdectomie partielle) ;
  • ou, simplement, de placer le patient sous surveillance.

“Dans la majorité des cas, on peut se donner du temps pour voir comment évolue la maladie”,