Rééducation post-AVC : comment ça se passe ? Quels progrès ?

 Rééducation post-AVC : comment ça se passe ? Quels progrès ?

Chaque année en France, 150 000 personnes sont victimes d’un accident vasculaire cérébral, dont 31 000 en décéderont. Pour les rescapés, les séquelles peuvent être lourdes : hémiplégie (paralysie d’une moitié du corps), difficultés à parler, à marcher…

Pour les limiter, et retrouver un maximum d’autonomie, un seul mot : rééducation. Elle doit être enclenchée au plus tôt, et de manière très intensive. La Haute Autorité de santé recommande “des séances d’au moins 45 minutes, au moins 5 jours par semaine.”

Dans les services de Médecine physique et de réadaptation (MPR), médecins, kinésithérapeutes, ergothérapeutes et autres orthophonistes unissent leurs compétences pour aider les patients à recouvrer le meilleur de leur potentiel. Ce processus consiste par exemple à rééduquer à la marche en utilisant une canne, un harnais suspendu ou un tapis roulant, à faire des exercices de renforcement musculaire, à réapprendre à parler à travers le chant… Une prise en charge multidisciplinaire, qui peut en plus compter sur l’arrivée de nouveaux outils. Exosquelette, jeux vidéo, neurofeedback… On fait le point.