POLYARTHRITE RHUMATOÏDE : Une thérapie génique pour apaiser les articulations

La polyarthrite rhumatoïde touche 23 millions de personnes dans le monde, c’est l’une des formes de rhumatisme les plus courantes, pourtant, il n’existe aujourd’hui aucun traitement curatif. La découverte de ce gène qui code pour une protéine anti-inflammatoire (GBP5) pourrait donner lieu à une future thérapie génique permettant d’améliorer le traitement de la polyarthrite rhumatoïde (PR). Un espoir pour de nombreux patients, apportés par cette équipe de la Washington State University qui publie dans la revue Arthritis and Rheumatology. Les chercheurs suggèrent même d’autres applications pour traiter d’autres maladies inflammatoires.

La PR est une maladie invalidante, (auto-immune) dans laquelle le système immunitaire attaque par erreur les articulations du corps. Si la maladie affecte environ 1% de la population mondiale, il n’existe aujourd’hui aucun traitement définitif et satisfaisant pour l’ensemble des patients. La PR provoque un gonflement douloureux des articulations et peut également endommager d’autres systèmes tels que la peau, les yeux, les poumons, le cœur et les vaisseaux sanguins. La maladie induit une forte diminution de la qualité de vie, avec à la clé, des douleurs au quotidien, une capacité de “fonctionnement” réduite et parfois même la perte de l’activité professionnelle. C’est aussi une maladie pour la vie, en raison de l’absence de traitement pouvant mener à une guérison complète.